banniere

L'archivage

 

Toutes les documentations linguistiques devraient être déposées dans une archive ouverte afin de les rendre accessibles à court terme, par exemple pour créer du matériel pédagogique ou pour y ajouter des informations, et afin de les préserver à long terme, pour que ces renseignements sur les langues parlées aujourd’hui demeurent accessibles aux communautés.

Une archive ouverte implique que le dépôt des données est effectué par l'auteur lui-même ou bien par une personne ou une institution, à partir du moment où celle-ci peut garantir qu'elle détient les droits ou l'autorisation pour disposer des données. Ces ressources sont entreposées dans un serveur qui en assure un stockage sécurisé, et qui en permet l'accès.

Une description de chaque document vient alors enrichir un catalogue qui permettra de faire connaître leur existence à tous et surtout de pouvoir les retrouver parmi l'ensemble des autres documents.

Il n’y a pas d’archives ouvertes de ce type spécialement dédiées aux documentations linguistiques des langues autochtones du Québec. La création d’archives digitales accessibles où seraient centralisées toutes les documentations de langues autochtones québécoises permettrait une centralisation des données et faciliterait la comparaison de ces langues parlées par des peuples qui partagent une grande partie de leur héritage culturel.

end innu